blockchain uziit
Pour la plupart des TPE françaises, la transformation numérique passe par la possession d’un site internet. Elles ont en partie raison, mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt. La digitalisation ne se borne pas à cette interface ; c’est également tout un panel d’outils mis à disposition des entrepreneurs pour leur simplifier la vie tout en améliorant leur CA.

La problématique

Les entrepreneurs doivent donc investir :
  • de l’argent dans ces nouveaux outils
  • du temps pour se former et commencer à les utiliser
Les étapes de la transformation digitale sont conséquentes, elles impliquent chez le dirigeant :
  • la prise de conscience,
  • la prise de décision de la transformation,
  • la réflexion autour des priorités,
  • le choix des outils,
  • l’achat des outils,
  • l’implémentation des outils,
  • la formation sur ces outils,
  • l’utilisation de ces outils.
Et on le sait tous, les dirigeants des TPE, les commerçants et artisans sont multitâches. Ils doivent gérer la production, les ressources humaines, la comptabilité, le commerce… Il n’est pas évident pour eux de se dégager du temps pour acquérir ces nouveaux outils dont ils se passaient jusqu’à présent.
La transformation numérique c’est aussi et d’abord se remettre en question. Le dirigeant a été capable de produire une richesse, parfois seul, il doit maintenant se moderniser en remettant en question ses procédures, ses habitudes…

Le site internet

Le premier outil numérique que tout le monde devrait posséder c’est un site internet. Pourtant, seulement 70%* des entreprises françaises en sont pourvues (ce pourcentage frôle les 40%* pour certains secteurs comme la construction ou le transport).
Je connais des artisans qui refusent catégoriquement d’avoir un site parce qu’ils arrivent à trouver des clients tout seul. Pourtant, le site internet reste utile pour occuper du terrain, montrer sa force à ses concurrents et sa solidité à ses prospects et clients.
Le problème c’est qu’avec des consommateurs devenant hyper connectés, il va devenir difficile de prospecter autrement que sur internet. Il restera toujours des affranchis de la digitalisation, mais dans quelles proportions et avec quels risques ?
À l’inverse, je connais d’autres artisans possédant un site et devenus des experts Adwords pour récupérer des leads.
La difficulté pour eux, c’est la mise à jour de leur site (SEO + contenu adapté à la cible) : qui va le faire, quand, avec quels moyens, comment…
Bien que les outils actuels et le nombre de prestataires soient accessibles, bon nombre de TPE ne les exploitent pas encore.

Les autres outils

Il existe également d’autres outils digitaux simplifiant la vie du dirigeant de TPE, de l’artisan et du commerçant.
– Formations en ligne : MOOC, tutoriels, vidéos…
– Gestion de la relation : CRM, envois automatiques d’emails et de SMS, réseaux sociaux…
– Vente en ligne : gestion des commandes, tarifs, CA…
– Productivité et efficacité…
– …
La transformation digitale passe par de nombreux outils, il s’agit pour la TPE d’une évolution de sa pensée.

Pour conclure

Qui mieux que les organisations situées dans le premier cercle de ces dirigeants pour donner l’exemple ? Organisations territoriales (CCI, chambres artisanales…), État (éducation, impôts…), commerçants, artisans… doivent aussi amorcer ou continuer leur transformation digitale, former, apporter des preuves des bénéfices.
Le retard de la digitalisation des TPE françaises commence à être important. Il risque de devenir compliqué à mettre en œuvre ou à aborder si on attend trop. Pourtant les bénéfices financiers, organisationnels, humains, temporels… sont bien réels mais invisibles pour ces entrepreneurs.
Les dirigeants de TPE, artisans, commerçants ont besoin d’être accompagnés et aidés dans cette mise en œuvre. Ils ont surtout besoin qu’on leur prouve les avantages d’un investissement digital !
*Source Statista